Acné sévère, invasion de P anes, réaction imminutaire et inflammatoire - © sophie jacopin
ACNÉ SÉVÈRE

# 1064

Acné sévère avec sur-inflammation
Les parois du canal pilo-sébacé ont cédé laissant se répandre le sébum infecté de P acnes. Les polynucléaires neutrophiles s’activent. Un zoom montre la façon dont les P acnes et des fragments de P acnes appellent les polynucléaires neutrophiles pour favoriser la réaction immunitaire et une importante réaction inflammatoire.

 

Afficher les images de la série « Acné »
 

Illustration [types field="colorimetrie"][/types] CMJN réalisée [types field="technique"][/types]
Orientation [types field="orientation"][/types]
[types field="largeur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] pixels soit [types field="largeur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] mm (Largeur / Hauteur) à 300 dpi
Domaines d’exclusion d’utilisation : Tous, aucune utilisation possible

 

Lire la suite
Acné, réaction immunitaire, bouton d'acné rétentionnel - © sophie jacopin
ACNÉ – RÉACTION IMMUNITAIRE

# 1063

Le bouton d’acné est formé.
Le sébum a envahi le canal pilo-sébacé qui est gonflé et prêt à céder. La présence des P acnes dans le canal ont entrainé la réaction immunitaire avec l’arrivée des lymphocytes T sur le site. Cette réaction entraine une réaction inflammatoire. Les lésions inflammatoires appellent également des polynucléaires neutrophiles provenant des vaisseaux sanguins.

 

Afficher les images de la série « Acné »
 

Illustration [types field="colorimetrie"][/types] CMJN réalisée [types field="technique"][/types]
Orientation [types field="orientation"][/types]
[types field="largeur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] pixels soit [types field="largeur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] mm (Largeur / Hauteur) à 300 dpi
Domaines d’exclusion d’utilisation : Tous, aucune utilisation possible

 

Lire la suite
Réplication du virus du rhume jusque’à la guérison - © sophie jacopin
RÉPLICATION DU RHUME-GUÉRISON

# 5155

Réplication du virus du rhume jusqu’à la guérison. L’histoire commence par une enfant malade qui tousse et contamine le garçon en face d’elle. Le virus rentré dans l’organisme du garçon utilise des lymphocytes pour se dupliquer.
[peekaboo_link] afficher la suite de la description[/peekaboo_link]

[peekaboo_content]Il pénètre la cellule, y dépose son arn qui se transforme en adn, se fixe à l’adn du lymphocyte qui va reproduire les différentes parties du virus dont son adn, dupliquant le virus en grand nombre. Le garçon commence à tousser lui aussi. Puis les virus se répliquent de plus en plus. Le garçon a de la fière et transpire. Son système immunitaire s’active. Des macrophages (cellules vertes) vont phagocyter les virus, et déclenche la production d’anticorps (Y bleus) grâce à d’autres lymphocytes (cellules bleues). Les anticorps se fixent aux virus et les détruisent. Au bout de quelques jours, l’invasion virale est maîtrisée et le garçon peut reprendre sa vie normale.
[/peekaboo_content]

 

Afficher les images de la série « Invasion virale »
 

Illustration [types field="colorimetrie"][/types] CMJN réalisée [types field="technique"][/types]
Orientation [types field="orientation"][/types]
[types field="largeur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] pixels soit [types field="largeur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] mm (Largeur / Hauteur) à 300 dpi
Domaine d'exclusion d'utilisation : Aucun
 
 
Pour connaître le montant des droits d’utilisation en fonction de votre projet,
faites une demande de devis en ajoutant au panier.

30.00 Ajouter au panier
Contamination virale, réplication, guérison grâce au système immunitaire - © sophie jacopin
CONTAMINATION VIRALE, RÉPLICATION, GUÉRISON

# 5154

Contamination virale, réplication, guérison grâce au système immunitaire.
L’histoire commence par une enfant malade qui tousse et contamine le garçon en face d’elle.
[peekaboo_link] afficher la suite de la description[/peekaboo_link]

[peekaboo_content]Le virus rentré dans l’organisme du garçon utilise des lymphocytes pour se répliquer. Il pénètre la cellule, y dépose sons ARN viral qui se transforme en ADN viral. Ce dernier se fixe à l’ADN du lymphocyte qui va reproduire les différentes parties du virus dont son ADN viral, répliquant le virus en grand nombre. Le garçon commence à tousser lui aussi. Puis les virus se répliquent de plus en plus, le garçon a de la fière et transpire. Son système immunitaire s’active. Des macrophages (cellules vertes) vont phagocyter virus et cellules infectées, et déclenche la production d’anticorps (Y bleus) par d’autres lymphocytes (cellules bleues) qui vont se fixer aux virus afin de les détruire. Au bout de quelques jours, l’invasion est maîtrisée et le garçon peut reprendre sa vie normale.
[/peekaboo_content]

 

Afficher les images de la série « Invasion virale »
 

Illustration [types field="colorimetrie"][/types] CMJN réalisée [types field="technique"][/types]
Orientation [types field="orientation"][/types]
[types field="largeur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] pixels soit [types field="largeur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] mm (Largeur / Hauteur) à 300 dpi
Domaine d'exclusion d'utilisation : Aucun
 
 
Pour connaître le montant des droits d’utilisation en fonction de votre projet,
faites une demande de devis en ajoutant au panier.

30.00 Ajouter au panier
Reconnaissance spécifique d'un antigène par un lymphocyte B et fabrication des anticorps - © sophie jacopin
RECONNAISSANCE SPÉCIFIQUE

# 5811

La reconnaissance spécifique d’un type d’antigène grâce aux Lymphocytes B et anticorps.
Le lymphocyte B possède des récepteurs d’antigènes à sa surface
[peekaboo_link] afficher la suite de la description[/peekaboo_link]

[peekaboo_content]qui reconnaissent le type d’antigène spécifique à la surface de la bactérie. Les lymphocytes B se multiplient et modifient leur activité pour produire des anticorps spécifiques. Ces anticorps reconnaissent les antigènes et forment un complexe qui neutralisent la bactérie. Le complexe est détruit par la phagocytose. L’infection s’arrête.
Chaque type d’anticorps est spécifique d’un type d’antigène.
[/peekaboo_content]

 

Afficher les images de la série « Immunité »
 

Illustration [types field="colorimetrie"][/types] CMJN réalisée [types field="technique"][/types]
Orientation [types field="orientation"][/types]
[types field="largeur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] pixels soit [types field="largeur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] mm (Largeur / Hauteur) à 300 dpi
Domaine d'exclusion d'utilisation : Exclusion pour l’édition scolaire en France
 
 
Pour connaître le montant des droits d’utilisation en fonction de votre projet,
faites une demande de devis en ajoutant au panier.

30.00 Ajouter au panier
Lymphocyte B et anticorps, le complexe antigène-anticorps - c sophie jacopin
LYMPHOCYTE B ET ANTICORPS

# 5810

Lymphocyte B et anticorps, reconnaissance spécifique d’un type d’antigène.
Le lymphocyte B possède des récepteurs d’antigènes à sa surface
[peekaboo_link] afficher la suite de la description[/peekaboo_link]

[peekaboo_content]qui reconnaissent le type d’antigène spécifique à la surface de la bactérie. Les lymphocytes B se multiplient et modifient leur activité pour produire des anticorps spécifiques. Ces anticorps reconnaissent les antigènes et forment un complexe qui neutralisent la bactérie. Le complexe est détruit par la phagocytose. L’infection s’arrête.
Chaque type d’anticorps est spécifique d’un type d’antigène.
[/peekaboo_content]

 

Afficher les images de la série « Immunité »
 

Illustration [types field="colorimetrie"][/types] CMJN réalisée [types field="technique"][/types]
Orientation [types field="orientation"][/types]
[types field="largeur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] pixels soit [types field="largeur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] mm (Largeur / Hauteur) à 300 dpi
Domaine d'exclusion d'utilisation : Exclusion pour l’édition scolaire en France
 
 
Pour connaître le montant des droits d’utilisation en fonction de votre projet,
faites une demande de devis en ajoutant au panier.

30.00 Ajouter au panier
Immunité, réactions immunitaires rapide, lente, vaccination - © sophie jacopin
IMMUNITÉ

# 5805

Immunité ou réactions immunitaires après contamination par bactéries et virus.
De gauche à droite, cette illustration montre les différentes réactions immunitaires de notre organisme après une contamination, soit par une bactérie, soit par un virus.
[peekaboo_link] afficher la suite de la description[/peekaboo_link]

[peekaboo_content]La colonne toute à droite explique la réaction immunitaire déclenchée après la vaccination.
Après contamination à un agent pathogène et infection de l’organisme, le système immunitaire s’active de manière différente dans le temps.
Une réaction immunitaire rapide permet le plus souvent de stopper l’infection. Les phagocytes viennent à la rencontre de l’agent pathogène et le phagocytent, l’absorbent pour le détruire. Mais si l’infection persiste, des réactions immunitaires plus lentes font intervenir des lymphocytes spécifiques d’un antigène (en rouge). Les lymphocytes B produisent des anticorps qui neutralisent les antigènes. Les lymphocytes détruisent par contact les cellules infectées par les virus.
Ces réactions immunitaires permettent d’éliminer les agents pathogènes et de stopper l’infection. Certains lymphocytes gardent en mémoire un premier contact avec un antigène. Donc cette mémoire immunitaire rend la réaction immunitaire plus efficace lors d’un deuxième contact avec l’antigène. La vaccination permet à l’organisme d’acquérir durablement une mémoire immunitaire.
[/peekaboo_content]

 

Afficher les images de la série « Immunité »
 

Illustration [types field="colorimetrie"][/types] CMJN réalisée [types field="technique"][/types]
Orientation [types field="orientation"][/types]
[types field="largeur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] pixels soit [types field="largeur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] mm (Largeur / Hauteur) à 300 dpi
Domaine d'exclusion d'utilisation : Exclusion pour l’édition scolaire en France
 
 
Pour connaître le montant des droits d’utilisation en fonction de votre projet,
faites une demande de devis en ajoutant au panier.

30.00 Ajouter au panier
Réactions immunitaires aux virus et bactéries, protection immédiate de l'organisme contre les contaminations et mémoire immunitaire - © sophie jacopin
RÉACTIONS IMMUNITAIRES

# 5804

Réactions immunitaires après contamination par bactéries et virus.
De gauche à droite, cette illustration montre les différentes réactions immunitaires de notre organisme après une contamination, soit par une bactérie, soit par un virus.
[peekaboo_link] afficher la suite de la description[/peekaboo_link]
[peekaboo_content]La colonne toute à droite explique la réaction immunitaire déclenchée après la vaccination.
Après contamination à un agent pathogène et infection de l’organisme, le système immunitaire s’active de manière différente dans le temps.
Une réaction immunitaire rapide permet le plus souvent de stopper l’infection. Les phagocytes viennent à la rencontre de l’agent pathogène et le phagocytent, l’absorbent pour le détruire. Mais si l’infection persiste, des réactions immunitaires plus lentes font intervenir des lymphocytes spécifiques d’un antigène (en rouge). Les lymphocytes B produisent des anticorps qui neutralisent les antigènes. Les lymphocytes détruisent par contact les cellules infectées par les virus.
Ces réactions immunitaires permettent d’éliminer les agents pathogènes et de stopper l’infection. Certains lymphocytes gardent en mémoire un premier contact avec un antigène. Donc cette mémoire immunitaire rend la réaction immunitaire plus efficace lors d’un deuxième contact avec l’antigène. La vaccination permet à l’organisme d’acquérir durablement une mémoire immunitaire.
[/peekaboo_content]

 

Afficher les images de la série « Immunité »
 

Illustration [types field="colorimetrie"][/types] CMJN réalisée [types field="technique"][/types]
Orientation [types field="orientation"][/types]
[types field="largeur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] pixels soit [types field="largeur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] mm (Largeur / Hauteur) à 300 dpi
Domaine d'exclusion d'utilisation : Exclusion pour l’édition scolaire en France
 
 
Pour connaître le montant des droits d’utilisation en fonction de votre projet,
faites une demande de devis en ajoutant au panier.

30.00 Ajouter au panier
Immunomodulateurs
IMMUNOMODULATEURS

# 5622

Illustration médicale représentant les immunomodulateurs qui se fixent sur les récepteurs des cellules cancéreuses PD-L1 et immunitaires PD-1 afin de bloquer ces liaisons PD-L1 PD-1 qui freinent la réaction immunitaire contre la tumeur.

[peekaboo_link] afficher la suite de la description
[/peekaboo_link]
[peekaboo_content]En effet lorsque la cellule immunitaire reconnait la cellule cancéreuse, elle peut la contrôler (1).
Mais les récepteurs PD-L1 à la surface de la cellule cancéreuse, liés aux récepteurs PD-1 des cellules immunitaires freinent la réaction immunitaire (2).
Les immunomodulateurs anti PD-L1 et anti PD-1 se fixent sur les récepteurs correspondants et bloquent la liaison entre ces deux récepteurs (3), bloquant le frein de la réaction immunitaire provoqué par la liaison PD-L1 PD-1.

[/peekaboo_content]

 

Illustration [types field="colorimetrie"][/types] CMJN réalisée [types field="technique"][/types]
Orientation [types field="orientation"][/types]
[types field="largeur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] pixels soit [types field="largeur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] mm (Largeur / Hauteur) à 300 dpi

 

Domaine d'exclusion d'utilisation : Aucune

60.00 Ajouter au panier
Urticaire dermatologie
URTICAIRE

# 5494


Représentation de l'urticaire, maladie inflammatoire de la peau, caractérisée par des plaques (ou papules) rouges ou rosées,

[peekaboo_link] afficher la suite de la description[/peekaboo_link]
[peekaboo_content]superficielles, arrondies, bien limitées et en relief. Ces lésions sont fréquemment associées à des démangeaisons, ou prurit.
La réaction est provoquée par l’activation des mastocytes.
[/peekaboo_content]

 

Illustration [types field="colorimetrie"][/types] CMJN réalisée [types field="technique"][/types]
Orientation [types field="orientation"][/types]
[types field="largeur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] pixels soit [types field="largeur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] mm (Largeur / Hauteur) à 300 dpi

 

Domaine d'exclusion d'utilisation : Aucune
 

60.00 Ajouter au panier
Immunoglobuline
IMMUNOGLOBULINE

# 5385
 

Représentation d'une immunoglobuline (Ig), anticorps spécifique produit par les plasmocytes.
Dans le cas d'un myélome, les plasmocytes anormaux produisent une immunoglobuline en quantité anormale qui ne joue plus son rôle dans le cadre du système immunitaire, c'est à dire immobiliser les microbes (antigènes spécifique) et permettre au système immunitaire de reconnaitre les intrus et de les détruire.

 

Illustration [types field="colorimetrie"][/types] CMJN réalisée [types field="technique"][/types]
Orientation [types field="orientation"][/types]
[types field="largeur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] pixels soit [types field="largeur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] mm (Largeur / Hauteur) à 300 dpi

 

Domaine d'exclusion d'utilisation : ATTENTION délai de réponse; demande d'autorisation au client

Afficher les images de la série

60.00 Ajouter au panier
Allergie au pollen
ALLERGIE AU POLLEN

# 1950
 

Représentation de la réaction immunitaire et allergique au pollen après la première exposition (sensibilisation, partie de gauche) et la deuxième exposition (réaction allergique, partie de droite).

[peekaboo_link] afficher la suite de la description[/peekaboo_link]
[peekaboo_content]
La réaction allergique se situe au niveau de la muqueuse nasale avec réaction inflammatoire, production excessive de mucus, congestion des muqueuses.

[/peekaboo_content]

 

Illustration [types field="colorimetrie"][/types] CMJN réalisée [types field="technique"][/types]
Orientation [types field="orientation"][/types]
[types field="largeur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] pixels soit [types field="largeur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] mm (Largeur / Hauteur) à 300 dpi

 

Domaine d'exclusion d'utilisation : Aucune exclusion

Afficher les images de la série

60.00 Ajouter au panier