Des neurones à la synapse
DES NEURONES À LA SYNAPSE

# 5381
 

Représentation du réseau neuronal, des neurones jusqu'à la synapse :

[peekaboo_link] afficher la suite de la description[/peekaboo_link]
[peekaboo_content]

– le réseau organisé de neurones à gauche
– la représentation de 3 neurones et la connexion entre ces neurones,au centre
– la synapse à droite avec la transmission du potentiel d'action du bouton pré-synaptique au bouton post-synaptique grâce au glutamate qui ouvre les récepteurs du bouton post-synaptique et permet aux ions de pénétrer dans la bouton post-synaptique,
[/peekaboo_content]

 

Illustration [types field="colorimetrie"][/types] CMJN réalisée [types field="technique"][/types]
Orientation [types field="orientation"][/types]
[types field="largeur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] pixels soit [types field="largeur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] mm (Largeur / Hauteur) à 300 dpi

 

Domaine d'exclusion d'utilisation : Aucune exclusion

Afficher les images de la série

60.00 Ajouter au panier
Synapse
SYNAPSE

# 4267
 

Représentation d'une synapse et de la connexion inter-synaptique.

[peekaboo_link] afficher la suite de la description[/peekaboo_link]
[peekaboo_content]
Lorsqu'un signal, ou potentiel d’action, arrive à une terminaison axonale, les neurones impliqués dans la mémoire libèrent du glutamate, le principal neurotransmetteur excitateur.
À l’arrivée d’un signal dans le neurone présynaptique, des vésicules contenant le glutamate fusionnent avec la membrane du neurone et déversent leur contenu dans l'espace inter-synaptique.
Dans cet exemple, le neurone postsynaptique porte deux des quatre sous-types de récepteurs du glutamate : NMDA et AMPA. Ces récepteurs sont des canaux laissant passer respectivement des ions calcium et des ions sodium. Généralement, le canal NMDA est bloqué par un volumineux ion magnésium qui empêche le passage des ions.
Quand le glutamate se fixe sur ses récepteurs AMPA, des ions positifs entrent dans le
neurone postsynaptique, et ce dernier est activé.
[/peekaboo_content]

 

Illustration [types field="colorimetrie"][/types] CMJN réalisée [types field="technique"][/types]
Orientation [types field="orientation"][/types]
[types field="largeur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] pixels soit [types field="largeur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] mm (Largeur / Hauteur) à 300 dpi

 

Domaine d'exclusion d'utilisation : Aucune exclusion

Afficher les images de la série

60.00 Ajouter au panier
Du neurone à la synapse
DU NEURONE À LA SYNAPSE

# 4273
 

Représentation de l'anatomie et physiologie du neurone à la synaptique.

[peekaboo_link] afficher la suite de la description[/peekaboo_link]
[peekaboo_content]
Chaque neurone est constitué d’un corps cellulaire, de dendrites et d’un axone. Les informations circulent des dendrites vers le corps cellulaire, puis dans l’axone jusqu’aux terminaisons axonales qui se connectent avec les dendrites ou le corps cellulaire du neurone suivant.
Lorsqu'un signal, ou potentiel d’action, arrive à une terminaison axonale, les neurones impliqués dans la mémoire libèrent du glutamate, le principal neurotransmetteur excitateur.
À l’arrivée d’un signal dans le neurone présynaptique, des vésicules contenant le glutamate fusionnent avec la membrane du neurone et déversent leur contenu dans l'espace inter-synaptique.
Dans cet exemple, le neurone postsynaptique porte deux des quatre sous-types de récepteurs du glutamate : NMDA et AMPA. Ces récepteurs sont des canaux laissant passer respectivement des ions calcium et des ions sodium. Généralement, le canal NMDA est bloqué par un volumineux ion magnésium qui empêche le passage des ions.
Quand le glutamate se fixe sur ses récepteurs AMPA, des ions positifs entrent dans le
neurone postsynaptique, et ce dernier est activé.
[/peekaboo_content]

 

Illustration [types field="colorimetrie"][/types] CMJN réalisée [types field="technique"][/types]
Orientation [types field="orientation"][/types]
[types field="largeur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] pixels soit [types field="largeur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] mm (Largeur / Hauteur) à 300 dpi

 

Domaine d'exclusion d'utilisation : Aucune exclusion

Afficher les images de la série

60.00 Ajouter au panier
Du neurone à la synapse
DU NEURONE À LA SYNAPSE

# 4257
 

Représentation de l'anatomie et physiologie du neurone à la synaptique.

[peekaboo_link] afficher la suite de la description[/peekaboo_link]
[peekaboo_content]
Chaque neurone est constitué d’un corps cellulaire, de dendrites et d’un axone. Les informations circulent des dendrites vers le corps cellulaire, puis dans l’axone jusqu’aux terminaisons axonales qui se connectent avec les dendrites ou le corps cellulaire du neurone suivant.
Lorsqu'un signal, ou potentiel d’action, arrive à une terminaison axonale, les neurones impliqués dans la mémoire libèrent du glutamate, le principal neurotransmetteur excitateur.
À l’arrivée d’un signal dans le neurone présynaptique, des vésicules contenant le glutamate fusionnent avec la membrane du neurone et déversent leur contenu dans l'espace inter-synaptique.
Dans cet exemple, le neurone postsynaptique porte deux des quatre sous-types de récepteurs du glutamate : NMDA et AMPA. Ces récepteurs sont des canaux laissant passer respectivement des ions calcium et des ions sodium. Généralement, le canal NMDA est bloqué par un volumineux ion magnésium qui empêche le passage des ions.
Quand le glutamate se fixe sur ses récepteurs AMPA, des ions positifs entrent dans le
neurone postsynaptique, et ce dernier est activé.
[/peekaboo_content]

 

Illustration [types field="colorimetrie"][/types] CMJN réalisée [types field="technique"][/types]
Orientation [types field="orientation"][/types]
[types field="largeur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] pixels soit [types field="largeur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] mm (Largeur / Hauteur) à 300 dpi

 

Domaine d'exclusion d'utilisation : Aucune exclusion

Afficher les images de la série

60.00 Ajouter au panier
Gène sain
GÈNE SAIN

# 4252
 

Représentation d’un noyau avec un gène sain, c’est à dire que les séquences génétiques de l’ADN sont restées saines après la duplication, c’est à dire que la cellule s’est dupliquée à ‘identique sans altération, ou qu’elle a pu réparer les altérations subies durant la duplication.

 

Illustration [types field="colorimetrie"][/types] CMJN réalisée [types field="technique"][/types]
Orientation [types field="orientation"][/types]
[types field="largeur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] pixels soit [types field="largeur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] mm (Largeur / Hauteur) à 300 dpi

 

Domaine d'exclusion d'utilisation : Aucune exclusion

Afficher les images de la série

60.00 Ajouter au panier
Gène altéré
GÈNE ALTÉRÉ

# 4251
 

Représentation d'un noyau avec gène altéré, c'est à dire que certaines séquences génétiques se sont altérés après la duplication.

 

Illustration [types field="colorimetrie"][/types] CMJN réalisée [types field="technique"][/types]
Orientation [types field="orientation"][/types]
[types field="largeur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] pixels soit [types field="largeur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] mm (Largeur / Hauteur) à 300 dpi

 

Domaine d'exclusion d'utilisation : Aucune exclusion

Afficher les images de la série

60.00 Ajouter au panier
Formation d'un cancer
FORMATION D’UN CANCER

# 4250
 

Représentation de la formation d’un cancer, façon dont une cellule devient une cellule cancéreuse.
En se dupliquant, au fil du temps, les gènes des cellules subissent des altérations.

[peekaboo_link] afficher la suite de la description[/peekaboo_link]
[peekaboo_content]
Le corps a plusieurs réponses à ce problème, soit :
– il répare le gène, la cellule est à nouveau saine et peut se dupliquer.
– il détruit la cellule dont le gène est trop altéré (apoptose)
– mais si le gène est trop altéré et que la séquence de gène qui déclenche l’apoptose est lui même altéré, la cellule n’est pas détruite. C’est une cellule cancéreuse qui va se dupliquer et former une tumeur primaire (cancer localisé) qui peut libérer des métastases qui iront contaminer d’autres organes via le sang. On parle alors de cancer invasif.
[/peekaboo_content]

 

Illustration [types field="colorimetrie"][/types] CMJN réalisée [types field="technique"][/types]
Orientation [types field="orientation"][/types]
[types field="largeur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-pixels" format="FIELD_VALUE"][/types] pixels soit [types field="largeur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] / [types field="hauteur-mm" format="FIELD_VALUE"][/types] mm (Largeur / Hauteur) à 300 dpi

 

Domaine d'exclusion d'utilisation : Aucune exclusion

Afficher les images de la série

60.00 Ajouter au panier